Choisir un sophrologue peut se révéler ardu et peut rendre perplexe celui ou celle qui désire expérimenter la sophrologie. Que pouvez vous attendre de cet accompagnateur en terme de savoir être et de savoir faire ? Pour évoquer le métier de sophrologue, j’ai décidé d’évoquer mon expérience. Qu’est-ce que moi en tant que sophrologue je propose ! pas ce que je propose comme services, mais plutôt quelles qualités humaines et professionnelles je mets à disposition.




Pour la petite histoire, après plus de 20 ans d’activité professionnelle, j’ai comme beaucoup décidé de changer d’orientation.

Pour ma part je suis installée en tant que sophrologue depuis 2020. J’avais envie d’évoquer ma vision de ce métier en dehors de la technicité. En espérant que ces quelques lignes vous permettent de trouver le sophrologue qui vous correspond le mieux.

Sophrologue : un métier de la relation d’aide, mais pas que …

Cela veut dire, à priori, que le praticien est là pour vous aider à traverser une situation complexe, difficile, voire de crise. Il a des outils et techniques pour cela, sa ou ses spécialités. Ce sont ses savoir-faire. C’est aussi un individu avec des valeurs, ses croyances, une posture, une façon d’être. Le mix des deux me parait important.

Si l’on mélange sur la palette : la formation de base, les intérêts personnels, le contenu de la formation de sophrologue et les formations complémentaires mais aussi et surtout sa pratique personnelle quotidienne de la sophrologie…. pour choisir un sophrologue. On abouti forcément à une couleur très personnelle ; une approche particulière de ce métier. Une approche qui correspond à chacun. Finalement, ce n’est pas quelque chose qui s’apprend dans les cours, mais plutôt quelque chose qui se construit petit à petit, qui se vit au quotidien.

Une aptitude à la rencontre….

Avant tout, être sophrologue est un métier de rencontre. Je découvre avec plaisir chaque nouvelle personne que je rencontre, qu’elle poursuive ou non un accompagnement, qu’elle s’implique ou non dans les ateliers que je propose en entreprise.

Chaque RDV est pour moi l’occasion de la découvrir ou la redécouvrir. Ce que nous étions hier est probablement différent de ce que nous sommes aujourd’hui. Comment elle s’exprime, comment elle s’installe cette fois ? J’observe, je note, je regarde, j’écoute ce qu’elle dit mais aussi sa voix, sa respiration. Il n’y a pas que ce qui est dit qui est important, ce qui ne l’est pas ou en partie seulement est aussi important.

Ma mission de sophrologue n’est pas de comprendre la source du pourquoi-du-comment la personne vit ce qu’elle vit ; mais plutôt de l’aider à traverser cet état de mal être ou de difficulté. L’aider à traverser avec moins de ressentis négatifs ou simplement avec plus de confiance en une issue favorable ou acceptable.

Cette posture est la même selon moi que l’on travaille pour des particuliers ou en entreprise. Que la rencontre se fasse directement en face à face ou par le biais d’une caméra.

Comment se déroule le premier rendez-vous ?

  • La première séance en général dans ma pratique est plus longue. Nous évoquons un peu le passé, le contexte et surtout ce qui amène la personne au cabinet. Ce qu’elle ressent, comment cela se manifeste, où dans son corps et ce qu’elle attend de la sophrologie.
  • Nous pouvons aussi prendre le temps de découvrir une séance de relaxation ou bien d’apprivoiser la respiration. De parler de sophrologie.
  • Puis nous formulons ensemble un cap à suivre (pour ne pas dire un objectif).

Grâce à cet axe concret, il est plus simple de repérer ce qui bouge, ce qui va mieux, ce qui évolue ! et ainsi de mettre en pratique le principe d’action positive : enclencher un cercle vertueux. Nous fixons bon an mal an un nombre de séances… et à chaque nouveau pas, nous nous adaptons.

Choisir un sophrologue : des compétences pédagogiques nécessaires

Je vis le métier de sophrologue comme celui de formateur ou d’enseignant. J’apporte un contenu (sur le sommeil, le stress ou tout autre thème…), des méthodes pédagogiques, une écoute.

La personne accompagnée fixe ses propres objectifs, en fonction de son cadre de référence et de ses valeurs. Puis elle s’approprie ce qu’elle apprend, en fait quelque chose (ou pas). Ma mission de sophrologue est donc d’écouter puis ensuite d’apporter des techniques, des connaissances qui vont permettre à la personne suivie de mieux comprendre ce qui se passe en elle, de faire les liens nécessaires ; d’apprendre ou non certaines techniques sophrologiques pour s’en resservir ensuite.

Ma démarche consiste à favoriser plusieurs prises de conscience.

  • La prise de conscience de « ce qui est là » ; dans ses ressentis, dans ses sensations ou émotions. (oui il est légitime de se sentir triste ou en colère dans cette situation-là).
  • la prise de conscience de ce qui ne va pas ou de ce qui ne convient plus dans ce qu’elle vit.
    Par exemple cette personne qui après une journée de travail (sans pause ou presque), un trajet en voiture, une séance de sport, ne comprenait pas pourquoi malgré sa fatigue elle ne dormait pas ! Elle consultait pour des insomnies chroniques, et nous avons plutôt abordé sa relation au travail, son implication et son exigence vis-à-vis d’elle-même. Les séances ont permis de repérer la fatigue, de gérer le stress, le perfectionnisme… et le sommeil s’est amélioré.
  • les séances, qu’elles soient individuelles ou collectives, permettent de prendre conscience de sa capacité à faire évoluer sa propre situation ou faire un pas de côté pour observer avec du recul ce qui se joue.

Le savoir-faire du sophrologue : s’adapter en permanence !

L’accompagnement en sophrologie relève du développement personnel. Il peut aussi favoriser le développement de compétences (capacités/soft-skills) ou la prévention en entreprise. En quelques séances, la personne est capable de mettre en pratique seule les premières techniques apprises. Elle peut par exemple mieux repérer les signes d’une crise d’angoisse imminente ou d’une insomnie possible. Avec l’entrainement, elle développe un nouveau regard, elle retrouve le pouvoir d’agir par elle-même et pour elle-même.

Même si le sophrologue s’appuie sur ses méthodes, sa technique, il doit être capable d’adapter, de simplifier ce qu’il souhaite transmettre. Chaque demande d’accompagnement est unique et chaque rencontre l’est tout autant. Il me semble nécessaire de trouver un juste milieu entre avoir un objectif et une méthode pour y parvenir et savoir adapter au plus juste chaque séance. D’un côté le prêt à porter, de l’autre le sur-mesure …

La mission du sophrologue : transmettre et adapter la sophrologie à la personne suivie. La mission de la personne suivie : adapter la sophrologie à ses pratiques quotidiennes

J’avoue observer avec un grand plaisir comment chacun peut se saisir d’un détail et en faire de grandes choses. Pas simple néanmoins ! Le chemin de la transformation de soi est ponctué de hauts et de bas, d’obstacles et de belles réussites. Rien n’est jamais gagné car « rien n’est permanent, sauf le changement » (Héraclite d’Ephèse)

Alors oui, j’ai mes outils. Outils du sophrologue, psychologue du travail, du formateur….

Oui j’ai mes références en matière de podcasts, livres ou reportages inspirants…

Oui j’essaie de ponctuer mes accompagnements de dessins, schémas et autres cartes mentales pour aider à mémoriser….

Mais avant tout cela je dois m’adapter en permanence. Je ne maîtrise pas ce que la personne accompagnée va faire des nouveaux acquis. Comment elle va s’approprier et transformer tout cela en une pratique unique, la sienne ! Une personne va ainsi s’approprier les mini synthèses de nos séances. Elle va les imprimer et les lire souvent jusqu’à intégrer les techniques sophros dans son quotidien. Alors qu’une autre personne aura un déclic suite à une lecture ou à une séance très basique. Si pour certains un simple accompagnement en sophrologie est suffisant pour d’autres il sera utile de croiser la sophrologie avec un accompagnement en psychothérapie, du yoga ou tout autre pratique.

La sophrologie est bon moyen de retrouver un équilibre de vie ou de traverser une période de crise. Que ce soit à titre personnel ou dans le cadre d’une action en entreprise détendre son corps, relâcher son mental, respirer consciemment, retrouver ses sensations permet de renouer avec l’instant présent et le positif en soi. Alors pourquoi s’en priver ?

Pour moi, l’accompagnement d’un sophrologue s’appuie certes sur sa technicité, sa maîtrise des outils sophrologiques. Mais c’est avant tout un travail d’équipe, une partition qui se joue à deux et dans laquelle chacun a autant à apprendre de l’autre. Je reste persuadée qu’à tout âge et en toute situation nous pouvons faire évoluer notre regard et nous connecter à ce qui fait sens pour nous.